Forum Bosnie et Balkans

Des salons de discussions consacrés à la Bosnie et aux autres pays des Balkans.

Vous devez vous inscrire pour participer à ce forum.
Pages : 1 2 Accueil forums > Actualité >

Analyse sur la diaspora bosnienne en Suisse


Le lundi 05 novembre 2018 à 09:27 #25763

Analyse sur la diaspora bosnienne en Suisse

Ivar
Admin
Avatar

Inscription : 20 mars 2008
Messages : 1299
Site web

Samedi 3 novembre à Yverdon, l'Association Lilium a organisé une Table-ronde à Yverdon sur la question de l'intégration des bosniaques en Suisse, et plus précisément en Suisse-romande, avec la participation de 80 personnes, en majorité des bosniaques de la nouvelle génération.
Le constat est qu'au niveau travail, les Bosniaques ont su s'intégrer car ils ont une grande capacité de travail. Quelques-uns, et notamment des jeunes femmes, ont créé leur propre entreprise. L'une d'elles a maintenant une cinquantaine d'employés et employées, en majorité bosniaques, mais aussi kosovars et même quelques suisses.
Mais au départ, ils ont du vaincre des préjugés. En effet, très peu de Suisses connaissaient la Bosnie-Herzégovine, et ils étaient tous mis sous l'étiquette de "yougos", voir confondus avec les Kosovars. Le fait que la plupart des médias interprétaient l'agression contre la République de Bosnie-Herzégovine comme une "guerre civile inter-communautaire" a eu des conséquences graves pour les bosniaques, y compris pour les survivants du génocide de Srebrenica, considérés comme des "belligérants", donc comme des sauvages auxquels on peut difficilement faire confiance.
Outre le travail, certains se sont engagés dans le sport, en adhérant à des équipes de foot locales ou sous leurs propres couleurs en tant que clubs bosniaques.
Mais il n'y a pas eu (contrairement à la Suède) d'engagements au niveau politique. C'est particulièrement frappant à Yverdon, où il y a plus de 6000 bosniaques sur une population de 30'000 habitants. Et il n'y a aucun restaurant bosniaque, alors qu'à Annecy existe un restaurant Bosna, malgré qu'il n'y a que 700 Bosniaques…
Excellente nouvelle : la Bosnie-Herzégovine est invitée d'honneur au Marché de Noel de Montreux. Il y aura dans un chalet des spécialités culinaires bosniaques et de l'artisanat. C'est vraiment une grande première en Suisse-romande.
D'autres rencontres organisées par Lilium, une association fondée par de jeunes universitaires bosniaques, auront lieu au début 2019. Nous informerons.
Le jeudi 20 décembre 2018 à 16:06 #25786

Analyse sur la diaspora bosnienne en Suisse

Ivar
Admin
Avatar

Inscription : 20 mars 2008
Messages : 1299
Site web

La Bosnie-Herzégovine est donc Invitée d'honneur au Marché de Noel de Montreux (qui a lieu jusqu'au 24 décembre)et qui est probablement le plus beau Marché de Noel de Suisse avec plus de 250 stands sur les quais.
Mais surprise : le pavillon Bosnie a été mis à l'extrémité, où il y a moins de passage, et il n'y a pas de Bosniaques présents. Ce sont des Serbes qui servent les spécialités culinaires (dont certaines sont communes aux deux pays)et il n'y avait aucune documentation touristique sur la Bosnie-Herzégovine.
J'ai donc remédier à cette lacune en amenant une centaine de dépliants, dont les très beaux de Mostar et de l'Herzégovine. DE Sarajevo, il n'y a qu'un petit fascicule "Sarajevo Navigator", vu que l'Office du tourisme de cette ville n'a pas rééditer le dépliant en français.
Cet absence des Bosniaques dans ce lieu destiné à la promotion de la Bosnie-Herzégovine (c'est la 1ère fois que la Bosnie-Herzégovine est invitée dans un espace public en Suisse) confirme notre constat sur le repli de cette diaspora, qui depuis environ 2005 a déconstruit les liens tissés avec les Suisses solidaires durant la période de 1992 à 2005 environ.

Il faut maintenant que les ex-réfugiés bosniaques (un certain nombre ont acquis la nationalité suisse)comprennent la nécessité de renouer des liens et invitent des Suisses à leurs manifestations, ne serait-ce qu'en diffusant leurs informations aussi en français,en allemand ou en italienselon le lieu) et pas seulement dans leur langue.
Après avoir tenté en vain, entre 2005 et 2008, de contrer cette tendance au repli, nous avons respecté ce besoin en pensant que c'était une période provisoire, mais ce provisoire est devenu la norme. Par exemple, lors des Marches Srebrenica organisées en juin dans le Val-de-Ruz, il y a un millier de Bosniaques et quasi aucun Suisse. C'est là une grave lacune, mais comment le faire comprendre et remédier à cet état de fait ?

Il y aura enfin à mi-janvier une rencontre de la diaspora bosniaque en Suisse, où nous espérons que ce problème sera posé.
Le jeudi 28 mars 2019 à 17:52 #25957

Analyse sur la diaspora bosnienne en Suisse

Ivar
Admin
Avatar

Inscription : 20 mars 2008
Messages : 1299
Site web

Il n'y a pas eu de rencontre à mi-janvier. Par contre ce vendredi 29 mars l'Association Lilium présente le film "No man's Land à Yverdon (voir leur site). Ce sera une occasion pour rencontrer les jeunes bosniaques qui s'engagent et sont prêts à participer au lancement de la pétition contre le déni du génocide de Srebrenica pour contrer le feu vert donné par le Tribunal fédéral à la propagande négationniste serbe, sous le prétexte de la "liberté d'expression".
Le lancement de cette pétition représente un véritable défi car il s'agira d'inverser la tendance au repli de la diaspora bosniaque qui existe depuis une dizaine d'années. La génération de ceux et celles qui ont connu l'horreur en Bosnie-Herzégovine trouve parfaitement normal de se retrouver, année après année, qu'entre bosniaques. A quelques exceptions près, ce n'est que la nouvelle génération qui trouve cette situation anormale et souhaite s'ouvrir.
Mais ce besoin d'ouverture se heurte aux tenants du repli qui ont lancé la rumeur que les Suisses solidaires seraient des agents de l'Etat suisse. Cette rumeur est difficile à contrer car elle est anonyme et que ceux qui y participent contreviennent aux lois qui protègent les citoyens contre les atteintes à l'honneur. Ayant été eux-mêmes victimes de graves injustices, ils ne doivent pas en commettre à leur tour envers ceux et celles qui les ont aidés et protégés.
Cela démontre aussi que ces ex-réfugiés ne sont pas intégrés (à l'exception du domaine professionnel). Il est même probable qu'ils pensaient déjà dans la période de notre engagement au sein de l'Association des survivants de Srebrenica entre 2000 et 2009 (l'Association ayant disparu en 2010 peu après que nous l'avions quitté en raison du manque d'engagement des membres bosniaques) que nous étions des sortes de fonctionnaires. En effet, les associations n'existaient pas dans les pays de l'est et l'engagement citoyen, libre et volontaire est sans doute incompréhensible pour eux.
C'est pourquoi l'esprit d'ouverture de la nouvelle génération de la diaspora est indispensable pour relancer une dynamique positive dans cette communauté.
Le mardi 27 août 2019 à 18:35 #25970

Analyse sur la diaspora bosnienne en Suisse

Ivar
Admin
Avatar

Inscription : 20 mars 2008
Messages : 1299
Site web

Depuis plusieurs années, des marches, maintenant appelées "Marche pour la Paix" "Marsmira" sont organisées dans le Val-de-Ruz dans le Canton de Neuchâtel, cette année le dimanche 30 juin. Un millier de bosniaques étaient présents et comme chaque année il n'y avait quasi pas de non-bosniaques.
Et pour cause : il n'y a aucune invitation aux non-bosniaques et aucun tract en français, ce qui montre bien que le phénomène de repli que nous constatons depuis 2005 perdure, même si un certain nombre d'entre-eux et surtout des jeunes sont conscients de cette carence.
C'est d'autant plus grave du fait qu'il est nécessaire d'élargir la solidarité face au danger de récidive qui existe chez les nationalistes serbes. Si leurs dirigeants ont relancé une campagne de déni du génocide de Srebrenica avec tout leur réseau de propagande, c'est dans le but évident d'endoctriner leur jeunesse rn lui faisant croire que ce sont les Serbes qui sont victimes, et non pas les "Musulmans".
Ces dirigeants savent bien que leur projet de sécession ne pourra jamais être mené pacifiquement et qu'il faudra à un certain moment mobiliser des jeunes formatés par leur propagande, qui passe aussi au niveau scolaire par la suppression de l'histoire et de la culture de Bosnie-Herzégovine pour ne valoriser que la culture et l'histoire serbe.
Ils jouissent aussi du soutien du HDZ croate, qui vise à relancer le projet d'une 3ème "Entité", qui pourrait à terme se rattacher à la Croatie, comme la RS à la Serbie. Un certain nombre de diplomates des grandes puissances, ainsi que des politiciens bosniaques corrompus, sont prêts à accepter cette vision fascisante, qu'Amin Maalouf (auteur libanais) qualifie de "Naufrage des civilisations" (titre de son dernier ouvrage).
En effet, malgré tous leurs défauts, les empires ottomans et austro-hongrois ont su préserver et même valoriser un certain pluralisme, s'enrichissant des divers apports culturels.
En Bosnie-Herzégovine, on ne peut qu'admirer l'ouverture d'esprit de Rusmir Mamutcehagic, auteur du livre : "Meurtre de la Bosnie", où il met en garde les Bosniaques musulmans contre le risque d'imiter leurs voisins nationalistes en se refermant eux aussi sur eux-mêmes.
Une petite révolution interne est également nécessaire pour rompre avec l'habitudes de se soumettre aux pouvoirs, de faire allégeance aux dominants, trait qui est présenté par certains comme faisant partie de l'identité bosniaque ou bosnienne, alors que ce n'est que le résultat de siècles de domination où il fallait faire profil bas.
Les Bosniaques devraient donc apprendre à se libérer de ces tares du passé et oser s'exprimer ouvertement au lieu de se taire par risque d'être mal vu ou mal compris.
Dernièrement nous avons constaté que quasi aucun Bosniaque n'osait critiquer un texte (paru à Lausanne) qui reprenait une version imposée de l'extérieur (nt. par les grands médias) stipulant que le génocide de Srebrenica se serait passé en quelques heures dans la ville de Srebrenica. Pourquoi les survivants du génocide n'osent pas aujourd'hui dire que ce n'est pas la vérité ?
Sans doute que la disparition de l'Association des survivants de Srebrenica en 2010 a joué un rôle dans cette régression.
En effet, lors de l'existence de cette Association (qui regroupait aussi quelques Suisses solidaires) il y a eu un véritable travail de mémoire par la mise en commun des témoignages et donc élaboration d'une Mémoire collective. Comment tout ceci a pu disparaître en 10 ans ?
Heureusement que cette Mémoire existe encore en Bosnie-Herzégovine, transmise aux nouvelles générations par leur participation à la Marche pour la Paix entre Nezuk et Srebrenica.
C'est donc important que la nouvelle génération de la diaspora y participe pour pouvoir comprendre sur le terrain ce qui s'est effectivement passé. et qu'il faut éviter toute récidive par notre engagement et solidarité.
Pages : 1 2
Accueil forums > Actualité > Analyse sur la diaspora bosnienne en Suisse
Informations du forum
Statistiques du forum :
Nombre d'utilisateurs : 890
Nombre de discussions : 1287
Nombre de messages : 16315
Informations utilisateurs
Dernier utilisateur inscrit : Amine
Membres en ligne : 0
Invités en ligne : 7
Actuellement en ligne :
bhinfo, l'actualité bosnienne Dzana
Tous droits réservés - Site, forum et blog auto-propulsés par un CMS fait maison