Forum Bosnie et Balkans

Des salons de discussions consacrés à la Bosnie et aux autres pays des Balkans.

Vous devez vous inscrire pour participer à ce forum.
Accueil forums > Actualité >

La lutte des Kurdes du Rojava : un exemple pour la Bosnie-Herzégovine ?


Le samedi 10 février 2018 à 16:43 #24725

La lutte des Kurdes du Rojava : un exemple pour la Bosnie-Herzégovine ?

Ivar
Admin
Avatar

Inscription : 20 mars 2008
Messages : 1250
Site web

Dans le chapitre "Tout ou rien", j'ai mis des informations sur le Rojava et les luttes qui s'y mènent. Mais je constate que peu de membres et visiteurs de ce Forum ont découvert cette partie moins visible(tout en bas) de ce Forum.
C'est pourtant un sujet très actuel et qui touche à l'avenir du Moyen-Orient. Les Kurdes sont comme les Bosniaques des minorités malmenées par l'histoire, entourés et souvent dominés par des puissants voisins, ils doivent lutter pour exister et se développer.
Une grande partie des Bosniaques ont sans doute de la sympathie pour la Turquie, où vit d'ailleurs une communauté d'origine bosniaque importante (200 à 300'000 habitants). Recep Erdogan se proclame d'ailleurs protecteur des Bosniaques de Bosnie-Herzégovine; ce qui peut poser problème par rapport à une critique de son régime, de plus en plus autoritaire et qui réprime durement plusieurs des minorités de son pays.
En plus, comme ses prédécesseurs, il refuse de reconnaître le génocide des Arméniens
Je souhaite que des Bosniaques s'expriment à ce sujet.
Le mercredi 14 février 2018 à 12:29 #24748

La lutte des Kurdes du Rojava : un exemple pour la Bosnie-Herzégovine ?

Ivar
Admin
Avatar

Inscription : 20 mars 2008
Messages : 1250
Site web

Marche entre Lausanne et Genève :
Plus d'un millier de Kurdes rejoints par des dizaines d'européens solidaires sont partis lundi de Lausanne et seront jeudi soir à Genève après une étape qui part jeudi matin de Coppet. Un rassemblement aura lieu toute la journée de vendredi depuis 10 h. devant l'ONU, Place des Nations, afin d'exiger par le Conseil de sécurité le retrait des forces turques et l'arrêt des opérations aériennes de destructions d'infrastructures civils, d'écoles, de fermes, de stations d'eau.
Jusqu'à présent l'ONU est restée passive, comme lors de l'agression opérée par les forces serbes en avril 1992 contre la République de Bosnie-Herzégovine. Malgré tout, l'ONU a décrété fin 1992, l'interdiction des survols et bombardements par l'aviation serbe. Il est impératif qu'une interdiction similaire soit décrétée rapidement contre les attaques aériennes de l'aviation turque.
Voir messages précédents dans la rubrique "Tout ou rien".
Le jeudi 15 février 2018 à 16:25 #24754

La lutte des Kurdes du Rojava : un exemple pour la Bosnie-Herzégovine ?

Ivar
Admin
Avatar

Inscription : 20 mars 2008
Messages : 1250
Site web

Ce jeudi 15 février à 19h. à Uni-Mail, Salle MR060 : Présentation de la résistance du Rojava d'Afrin.
Vendredi 16 février de 14h à 18h15 : Rassemblement devant l'ONU, Place des Nations. Les organisateurs attendent 10'000 manifestants pour demander à l'ONU d'intervenir pour faire cesser l'agression menée par Recep Erdogan dans le Canton d'Afrin de la Confédération du Rojava (Kurdistan syrien).
La demande la plus urgente étant l'interdiction de survol de ce territoire syrien par l'aviation turque.
Pour rappel, une telle interdiction a été promulguée sous l'égide de l'ONU le 9 octobre 1992, 6 mois après le début de l'agression (en avril 1992) de la République de Bosnie-Herzégovine par les forces serbes commanditées par Slobodan Milosevic.
Il faut espérer que, sur la base de ce précèdent, l'interdiction de survol soit rapidement décrété afin de protéger la population civile d'Afrin et les infrastructures.
Il est également demandé à l'ONU, aux gouvernements et notamment au gouvernement suisse, d'intervenir urgemment pour une médiation mettant fin à l'offensive militaire turque, afin d'ouvrir des négociations de non-agression réciproque.
Paradoxalement, le modèle confédérale démocratique mis en pratique au Rojava avec d'autres minorités de la région est plus proche du modèle ottoman (qui respectait à certaines conditions les droits des minorités= que la version néo-ottomane de Recep Erdogan, basé sur l'annulation des droits des minorités et l'imposition d'une dictature turque : un modèle dépassé et mortifère, qui n'a pas d'avenir, imposé (jusqu'à quand ?) par une féroce répression intérieure.
Pourtant, lorsque l'AKP d'Erdogan est arrivée au pouvoir, il y avait un certain espoir pour l'avenir, avec notamment l'ouverture de négociations avec les Kurdes, qui présageait une coopération dans l'intérêt de toutes les parties. Mais depuis la brutale rupture des négociations par Recep Erdogan, cet espoir a été déçu et ce qui se passe actuellement tourne au cauchemar.
Le vendredi 16 février 2018 à 17:06 #24758

La lutte des Kurdes du Rojava : un exemple pour la Bosnie-Herzégovine ?

Ivar
Admin
Avatar

Inscription : 20 mars 2008
Messages : 1250
Site web

Ce vendredi 16 février, un peu plus de 2000 Kurdes se sont rassemblés devant l'ONU. Une partie d'entre-eux ont marché depuis Lausanne, où un accord mortifère a été signé en 1919, mettant fin à un accord précèdent qui accordait, comme il serait normal, un Etat aux Kurdes et aux Arméniens.
Cette situation d'injustice perdure depuis lors, avec de graves conséquences aujourd'hui. Pourtant au niveau géopolitique un Etat Kurde aurait pu jouer le même rôle tampon que la Suisse, prise en tenaille entre plusieurs puissances. Probablement que les diplomates européens de 1815 (Traité de Vienne) étaient plus avisés que ceux de 1918-18 et de maintenant, où les intérêts privés économiques (pétrole et ventes d'armes) ont pris le dessus.

Une régression similaire s'est produite entre le procès de Nuremberg de 1945-46 et l'Accord de Dayton : le régime nazi avait été foncièrement condamné (pas juste des individus), ce qui a permis aux Allemands de réorienter leur politique et de s'acheminer rapidement vers une réconciliation et l'élaboration du projet européen.
La non-condamnation du régime de Milosevic et de la République serbe (RS) n'a pas permis une réorientation claire de la politique de Serbie et surtout de la RS, ce qui entretient une situation conflictuelle qui renforce les extrêmes de part et d'autre au lieu de permettre un développement favorable à toutes les parties.

Les diplomates actuels oublient que le grand réunificateur du Moyen-Orient a été Saladin, un leader Kurde de l'époque, luttant contre l'avancée des Croisades tout en étant soucieux de trouver un équilibre et complémentarité entre toutes les communautés et cultures de la région. Et ce sont de nouveau les Kurdes du PKK (en Turquie) et PYD du Rojava qui ont le projet de société plurielle le plus élaboré.
Mais ce projet de Confédéralisme démocratique, en cours de réalisation à une petite échelle, remet en question tous les systèmes despotiques de la région, d'où la brutale réaction de Recep Erdogan.

Cette reprise du conflit en Syrie, dans la région jusque là épargnée du Rojava d'Afrin, n'est que le prélude à un embrasement plus général qui verra l'entrée en action d'Israël contre le sud du Liban, défendu par le Hezbollah, allié de l'Iran; ce qui donnera le prétexte (après quelques impacts de missiles) de s'attaquer à l'Iran avec le soutien des USA et de l'Arabie saoudite.
Le mardi 20 février 2018 à 10:13 #24786

La lutte des Kurdes du Rojava : un exemple pour la Bosnie-Herzégovine ?

Ivar
Admin
Avatar

Inscription : 20 mars 2008
Messages : 1250
Site web

Samedi 24 février, 14h, Place Denfert-Rochereau, Paris : Manifestation de soutien à Afrin.
Il est important que ceux et celles qui se sont mobilisés pour la Bosnie-Herzégovine, se manifestent en faveur de la Confédération démocratique du Rojava et plus particulièrement du Canton d'Afrin, qui continue de subir le pilonnages de l'aviation turque.
Il faut exiger que le Conseil de sécurité de l'ONU interdise rapidement le survol d'Afrin et du Rojava en général à l'aviation turque; comme ce fut le cas en faveur de la Bosnie-Herzégovine : le 9 octobre 1992, soit 6 mois après l'offensive des forces serbes, le Conseil de sécurité de l'ONU a interdit à l'aviation militaire de la Serbie de survoler et bombarder la République de Bosnie-Herzégovine.
Ce fut là la seule mesure efficace de la dite "communauté internationale" en faveur de la population de Bosnie-Herzégovine, qui subissait comme à Afrin, des bombardements par les airs, en plus des tirs d'artillerie depuis la Serbie sur les villages bosniaques proches de la frontière (régions de Zvornik, Srebrenica).
Le lundi 19 mars 2018 à 11:54 #25302

La lutte des Kurdes du Rojava : un exemple pour la Bosnie-Herzégovine ?

Ivar
Admin
Avatar

Inscription : 20 mars 2008
Messages : 1250
Site web

Le lundi 19 mars, la ville d'Afrin est tombée aux mains des forces turcs et de ses supplétifs islamistes. Sur ordre des autorités d'Afrin, les civils ont évacué la ville depuis mercredi passé, afin d'éviter des massacres et la destruction de la ville, qui a subi des bombardements meurtriers. Ainsi 16 personnes ont été tuées par un bombardement visant l'hôpital d'Afrin.
Plus de 700 civils ont été tués depuis le début de l'agression des forces turcs le 20 janvier, dont plus de 200 dans le bombardement d'une colonne de véhicules quittant la ville de Jindines. 1030 blessés ont été recensés jusqu'à vendredi. 820 défenseurs d'Afrin ont perdu la vie et un nombre équivalent de soldats turcs et supplétifs.
La résistance se poursuit néanmoins dans les montagnes du Canton d'Afrin. Une partie des résistants kurdes se sont repliées pour défendre les deux autres Cantons du Rojava, et notamment Mandilj.
La population d'Afrin en exil a besoin d'une aide d'urgence.
Le lundi 26 mars 2018 à 22:04 #25433

La lutte des Kurdes du Rojava : un exemple pour la Bosnie-Herzégovine ?

Ivar
Admin
Avatar

Inscription : 20 mars 2008
Messages : 1250
Site web

Il y a une leçon à tirer pour les Bosniaques de la diaspora. En effet, les Kurdes vivant dans nos pays ont la même fâcheuse tendance au repli. Alors qu'ils savaient depuis au moins deux ans le risque d'agression par la Turquie d'Erdogan, ils n'ont pas pris l'initiative d'un travail de fond pour se relier avec les mouvements, associations ou partis qui en Europe étaient prêts à les soutenir.
Lorsque l'attaque des forces turques a eu lieu le 20 janvier, ils n'ont ainsi eu quasi aucun relais dans la société civile de nos pays, étant le plus souvent incapables de communiquer : cela ne s'improvise pas au dernier moment. Il y a un travail d'explication à mener, des amitiés à nouer ou renouer, des listes d'adresses à établir, etc.
Ils ont beau jeu maintenant à dénoncer l'inaction des gouvernements occidentaux; mais ils n'ont tout simplement pas compris comment fonctionne les gouvernements de nos pays. Ceux-ci sont tout d'abord soumis à un intense travail de lobbying des intérêts financiers, qui ne tiennent pas à rompre avec les dictateurs en question. La seule possibilité de contrebalancer ces cyniques intérêts est de susciter un mouvement de solidarité suffisamment significatif basé sur les citoyens, intellectuels, artistes, journalistes et un certain nombre d'élus influents.
Cela ne peut être que le fruit d'un travail mené depuis de longues années, inlassablement, et pas au dernier moment. J'espère que les Bosniaques de la diaspora, repliés sur eux-mêmes, comprendront la leçon.
Car de leur côté, les dirigeants nationalistes serbes ne perdent pas leur temps. Ils mènent un intense travail de lobbying aussi bien à Bruxelles, qu'à Washington et dans bien d'autres capitales, pour la sécession de la République serbe, ceci avec le soutien de la Russie de Poutine et de ses réseaux expérimentés.
Cela ne signifie pas du tout que nous sommes anti-serbes, comme le prétend la propagande serbe. Nous faisons partout la distinction entre dirigeants et peuples. Si les premiers ont intérêt à provoquer des conflits dont ils savent qu'ils peuvent tirer profit, ce n'est pas dans l'intérêt des simples citoyens et peuples, qui sont en général perdants.
Face aux divisions artificiellement montés dans l'intérêt de certains, il faut miser sur le vivre ensemble avec toutes nos différences qui sont un enrichissement si l'on a l'intelligence de le comprendre et éviter les replis faussement identitaires. Car les identités sont multiples et ne se réduisent pas à des normes monolithiques imposés par les extrémistes/dictateurs.

Accueil forums > Actualité > La lutte des Kurdes du Rojava : un exemple pour la Bosnie-Herzégovine ?
Informations du forum
Statistiques du forum :
Nombre d'utilisateurs : 892
Nombre de discussions : 1277
Nombre de messages : 16266
Informations utilisateurs
Dernier utilisateur inscrit : Amine
Membres en ligne : 0
Invités en ligne : 25
Actuellement en ligne :
bhinfo, l'actualité bosnienne Dzana
Tous droits réservés - Site, forum et blog auto-propulsés par un CMS fait maison